Top. Ça tourne! Un blog ? Sur le studio? Mais pourquoi ? Il y en a plein, non ? Possible mais… en français, pas tant que ça !

L’ambition de celui-ci ? Transmettre ma passion, un peu à l’image de ce que j’ai reçu de mes ainés et donner des points de repères aux musiciens qui prennent pied dans la technique de l’audio.

Mes élèves, ceux que je forme en « face to face » dans les différentes écoles ou en individuel dans mon studio, pourront y trouver les résumés et les grandes lignes de ce que nous aurons vu ensemble !

Mon itinéraire

Je suis Ingénieur du son, réalisateur et même sonorisateur depuis 40 ans, (aïe… ça pique !!) et je suis avant tout un grand passionné. J’ai eu la véritable chance d’avoir été élevé un peu entre l’Angleterre et la France. Etre bilingue, alors que peu de français l’étaient à l’époque, m’a permis de saisir de sérieuses opportunités en collaborant avec des artistes internationaux de premier plan qui étaient un peu « mes héros » et dont j’écoutais les disques en boucle. Peter Gabriel, Ray Charles, Peter Erskine, mais aussi Steve Lukather et de nombreux artistes de la scène européenne. Ils m’ont fait confiance tant sur scène, qu’en studio. Rare privilège que celui de rejoindre ses rêves d’enfants !

Là aussi, une autre de mes singularités : à l’image de mes amis Yves Jaget, Patrice Cramer ou Manu Guiot, (j’ai souvent été associés à plusieurs d’entre eux), j’ai également beaucoup « tourné » en spectacle vivant ! Un peu à la façon de musiciens dont on imaginerait mal qu’ils se cantonnent au studio ou n’apparaissent que sur scène, exercer conjointement dans les domaines du live et du studio reste pour moi une garantie d’ouverture d’esprit, d’un sens de l’essentiel et d’une certaine rigueur. Je dois bien l’avouer qu’aujourd’hui, je préfère le son des albums dont les manettes sont tenues par des « soundmen » live. Par ailleurs, les premières notes d’une sonorisation de concert me renseignent immédiatement sur le parcours du sonorisateur…

Partage d’expériences

Si bien entendu, j’éprouve toujours un plaisir immense à pratiquer mon métier d’homme de son et de musique, je me suis toujours appliqué à « transmettre le flambeau » et mes anciens assistants sont souvent eux-mêmes devenus des ingénieurs reconnus. C’est d’ailleurs une immense source de fierté pour moi, que de savoir que j’ai contribué à l’éclosion de véritables talents ! Il en ressort presque un sentiment de paternité… Aujourd’hui, logiquement, je structure cette démarche et je suis formateur

De l’artisanat technologique

A mes yeux, nous pratiquons un métier d’artisan et s’il est important de bien structurer son savoir théorique, il est indispensable de voir ses ainés travailler afin d’acquérir un savoir faire, une attitude, une certaine aisance avec l’outil et la pratique. Le studio d’enregistrement est un fabuleux instrument de musique ! J’ai eu le privilège d’apprendre le métier au travers des consignes très orthodoxes des grands preneurs de son de la musique classique, puis dans les grands studios des maisons de disques : Claude Wagner, Claude Ermelin, Dominique Poncet pour ne citer qu’eux, talents inégalables qui avaient autant de savoir que d’intuition et qui m’ont appris entre autres, la nécessité d’une grande humilité en face de la prise de son de grosses formations, par exemple !

Apprentissages futurs

Il va me falloir répondre en priorité aux questions que ces lectures vont susciter. Je m’efforcerai de le faire dans des délais raisonnables. Je vais tenter de vous rendre acteur compétent ou même metteur en scène de votre propre « scénario sonore ».

N’hésitez pas à vous abonner et à encourager vos amis à le faire. C’est un peu à son nombre d’abonnés qu’on sait si un blog est en vie !

Pierre Jacquot.