Maitrise de l’égalisation Part 3 – L’eq artistique

Notre voyage dans l’égalisation des sons serait resté incomplet sans l’étape la plus créative du processus: l’EQ de mixage et d’embellissement. Elle suppose que vous ayez soigneusement neutralisé les fréquences indésirables et supprimé les registres parasites (voir volets 1 & 2).

Après la soustraction, l’addition… Nous sommes désormais dans une logique de texture des sons.

Après avoir beaucoup « enlevé », ici et là, nous allons désormais travailler en ajoutant souvent de la matière ou en la soulignant. Bien sûr, c’est à ce moment précis que les outils analogiques « haut de gamme » entrent en scène!

Les reines de la catégorie : ces machines sont imbattables lorsqu’il s’agit de redonner vie au son ou de lui ajouter de la matière! Vous n’en avez pas? Ce n’est pas grave, beaucoup de gros plug‐ins d’émulation font désormais très bien « le job »!

Dans une logique de mixage, les pentes serrées de « notch » de nos corrections de nettoyage vont souvent laisser la place à des ajustements de plages (tiers, demi octave ou plus). Ils vont être utilisés pour modifier ou renforcer la couleur d’un instrument et le « placer » dans le mixage. Ce type d’EQ est souvent indissociable de l’étage dynamique d’un traitement. Ah bon? Mais en quoi la compression peut‐elle affecter l’égalisation ?

EQ et compression ou… l’inverse ?
Dans cet exemple un peu extrême, la visualisation du signal corrigé en fin de chaîne (en haut) démontre un spectre très altéré. Dans la fenêtre du bas, en revanche, cette EQ a été suivie d’une très grosse compression de 10: 1 avec un seuil de ‐10 dB. Dès lors, on s’aperçoit que creux et bosses ont été sérieusement « nivelés » !

C’est une question qui m’est souvent posée : doit‐on égaliser avant ou après une compression? Ne perdez pas de vue qu’une compression de fin de chaîne adoucira votre EQ en fonction du niveau rencontré. En effet, le traitement retiendra d’abord les registres accentués et relèvera le niveau moyen (RMS) en atténuant donc les « creux » d’égalisation… Il est donc souvent plus facile d’égaliser avant de compresser. Par contre, il reste intéressant de corriger en fin de traitement… pour affiner l’empreinte finale du son, par exemple

Il est désormais possible de cloner l’empreinte sonore d’un son complexe.
Même si le procédé comporte ses limites, cette copie d’empreinte FFT (native sur Sequoia/Samplitude) reste bien pratique! Il s’agit d’un moyen très simple de garder l’homogénéité d’un groupe d’instruments sur un album entier, par exemple.

Maîtrise de l’égalisation (Le nettoyage part 2) – Diaphonie et résonnances

En dehors de l’égalisation coupe-bas, il existe bien d’autres utilisation de l’EQ nettoyeur. Terminons notre inventaire avant de parler de l’égalisation de modelage, purement esthétique, cette fois!

Passe à ton voisin

Un micro reçoit souvent une partie de signal qui ne lui est pas destinée. Prenons l’exemple d’une batterie. Le micro de caisse claire, surtout celui de dessous s’il existe, captera une part non négligeable de la grosse caisse. Ce signal n’est pas souhaitable car il n’est pas capté à bonne distance de l’instrument, (il risque même de contrarier la prise de son de cette même grosse caisse) et subira un process différent. L’EQ devient alors un précieux allié de nettoyage puisqu’il permettra de s’affranchir de ce spectre parasite.

Les résonances mécaniques

Conservons l’exemple de notre batterie et intéressons-nous à la prise de son d’un tom. On le sait, la technique de prise de proximité, (close miking), est désormais très répandue pour d’évidents besoins d’isolation des instruments ou éléments les uns par rapport aux autres. Ainsi une harmonique de peau tendue, qui passe presque inaperçue à distance, devient prédominante. Dans ce cas, notre premier reflexe doit être de demander au batteur d’accorder un peu mieux cette peau afin de faire disparaitre naturellement cet effet indésirable. Quelquefois même, on peut décider d’amortir légèrement la résonance grâce à des sourdines, des muffles et autres accessoires. Cela ne suffit pas toujours et il peut être utile de pratiquer un notch sur la fréquence précise de cette résonance. Là encore, mon petit analyseur FFT Joker peut s’avérer très utile en localisant la coupable avec précision, (rien de pire qu’un notch « à côté » du problème à corriger !)

L’écoute à la loupe

Cette même distance artificiellement réduite entre le capteur et sa source, induit très souvent le fait de favoriser un registre plutôt qu’un autre : une guitare prise un peu près de la rosace ronflera dans le grave alors qu’un piano peut être accidenté sur la corde qui se trouve à l’aplomb d’un placement de micro. La technique reste la même sauf qu’on préférera une correction de plage à un notch trop serré, dans ce cas ! Il est même primordial de bien évaluer la « largeur » de la plage à considérer. Une petite astuce ? Pour ma part je « sweep », (je balaie) le registre considéré avec un gain légèrement positif et un Q « serré » afin de bien estimer le segment à corriger,. J’ajuste ensuite ma pente, mon « Q » afin d’intervenir au bon endroit. Je ne le dirai jamais assez : n’oubliez pas de switcher on et off plusieurs fois avant de valider une EQ afin d’être certain de ne pas sur ou sous corriger un problème ! Bien connaitre la correspondance entre les notes et les fréquences peut grandement vous faciliter la vie ! Savoir qu’un morceau est en Do vous poussera à la vigilance sur tous les multiples des fréquences concernées 130 ou 260Hz. Si le pianiste est à côté de vous durant le mixage et qu’il trouve que tous ses Sib graves ronflent un peu, vous vous dirigerez 60 ou 125Hz…

Un petit tableau de correspondance entre notes et fréquences vous permettra de « viser juste » lorsque vous connaissez la tonalité dans laquelle vous évoluez. Mieux… vous pouvez faire comme un certain Bob KATZ qui garde toujours un clavier à portée de main afin de mieux cerner les résonances qui le gênent.